A+ A A-

" Inquisitio " vaut bien un mea culpa... et un Editorial bien ambigü du Monde...!

InquisitioPas sûr que la forte baisse d'audience enregistrée mercredi 11 juillet par la série " Inquisitio " suffise à rassurer les catholiques consternés par la saga estivale de France 2. Depuis le 4 juillet, date de diffusion des premiers épisodes, la cathosphère est en émoi ; les critiques pleuvent sur cette série, où les bûchers, la peste et la débauche des prélats du XIVe siècle servent de décors à l'intransigeance inquisitoriale, l'obscurantisme catholique et l'antisémitisme.

 

Mercredi, quelques heures avant que 2,9 millions de téléspectateurs (4, 3 millions en première semaine) ne se délectent à nouveau de cette plongée dans l'Inquisition, le réalisateur, Nicolas Cuche, est venu défendre son oeuvre sur Radio-Notre-Dame. Reconnaissant qu'il n'y avait " pas de fiction sans personnage excessif ", il a plaidé devant des historiens et des spécialistes des médias pour que les critiques regardent " la série jusqu'au bout ".

 

 

Ulcéré par la vision " caricaturale " présentée par la série, le porte-parole de la Conférence des évêques de France, Mgr Bernard Podvin, avait été l'un des premiers à réagir. Tout en reconnaissant la période " difficile " que constitue l'Inquisition dans l'histoire de l'Eglise catholique, il écrivait, dès mercredi 4, dans un communiqué très sévère : " Je pleure et m'indigne de songer qu'à l'Audimat, beaucoup risquent de se croire instruits par cette manière tendancieuse d'honorer l'histoire humaine et religieuse... " Dans une longue lettre, il livre aussi aux évêques susceptibles d'être interpellés sur cette série les commentaires critiques de plusieurs historiens.

" Entre autres points scandaleux " relevés par Mgr Podvin, " le traitement indigne réservé à la grande mystique sainte Catherine de Sienne " est l'aspect qui heurte le plus les catholiques. Frigide Barjot, pseudonyme de l'humoriste du groupe Jalons et catholique militante active dans la cathosphère, a déploré que ce personnage historique soit présenté comme une " véritable terroriste bactériologique de la peste, qui n'hésite pas à répandre la mort ". " Bouleversée par le mensonge outrageant sur la personne de cette théologienne mystique, patronne et docteur de l'Eglise ", la médiatique papophile a invité les téléspectateurs à protester auprès de France 2, et demandé à la chaîne " d'organiser un débat avec des historiens ".

" Maladroit "

En attendant, Nicolas Cuche a déjà fait " amende honorable " sur le sort réservé dans son scénario à Catherine de Sienne. " J'ai blessé des gens et je le regrette ", a-t-il assumé sur Radio-Notre-Dame. Il a en revanche récusé l'idée selon laquelle la série serait un brûlot anticlérical. " Il y a quand même dans cette série un intérêt, peut-être maladroit, peut être caricatural, pour la foi ", a-t-il insisté, témoignant au passage de sa propre croyance.

Certains catholiques ont choisi la dérision ou renvoient à des ouvrages sur l'Inquisition pour battre en brèche les " clichés " de la série. Une bande-annonce détournée d'" Inquisitio ", mise en ligne par un groupe de jeunes blogueurs catholiques, se taille un petit succès sur Internet. Un mini-site a aussi été créé pour l'occasion. Son titre : L'Inquisition pour les nuls.

Stéphanie Le Bars

© Le Monde